Education environnementale : Les écoles de l’EPST et l’ASBL Espace Texaf Bilembo associées pour/dans la sensibilisation sur la biodiversité du Congo

L’Espace Texaf Bilembo, ce centre culturel engagé dans l’éducation sur les enjeux environnementaux et culturels de la RDC, a organisé, le samedi 11 mai 2024, une exposition-atelier portant sur la biodiversité du Congo, dans le cadre de restitution du parcours de son projet intitulé « SOS Planète Congo ». Des élèves des écoles primaires et secondaires du Ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique ont pris part à l’activité en animateurs des ateliers sur différents thèmes relatifs à l’environnement.

L’objectif global de l’activité a été de sensibiliser les jeunes, les adultes et les décideurs socio-politiques à la question de la biodiversité du Congo et du danger auquel elle encourt depuis plusieurs années telle que l’Espace Texaf Bilembo (ETB) l’a appréhendée dans la mise en œuvre de son projet « SOS Planète Congo ».

Des élèves-sensibilisateurs

 C’est ainsi que les différents invités à l’activité du 11 mai parmi lesquels les parents des élèves fréquentant les écoles associées, les enfants, les hommes et femmes d’affaires, les activistes des ONG spécialisées en questions environnementales, les partenaires techniques et financiers ont été sensibilisés sur la thématique par l’entremise des élèves, à travers des ateliers-spectacles-information-éducation. L’atelier a été pensé et organisé en un parcours jalonné des stations où les participants s’arrêtaient pour y suivre la présentation d’une thématique relative à l’environnement faite par les élèves.

Le parcours

 Sept stations ont été méticuleusement et minutieusement élaborées et développées, dans une harmonisation maitrisée par des élèves qui se relayaient sans faute pour présenter et exposer, comme de véritables pédagogues, des thématiques leur attribuées. C’était un parcours qui est parti de l’introduction à l’Afrique ancienne, à un village typiquement congolais avec son mode de vie, ses principales activités, sa pharmacopée, son art et son artisanat qui ont façonné le vivre d’antan de nos aïeux. La présentation au public comprenait une approche participative avec des jeux de questions-réponses.

Le parcours s’était poursuivi, dans son cours moyen, par des stations représentatives de la transformation peu qualitative des modes de vie et des activités qui ont impacté la nature, altéré la biodiversité exposée désormais au danger, avec menaces réelles d’extinction et disparition de certains êtres vivants importants pourtant à l’équilibre écologique. Les élèves-ambassadeurs, ainsi couronnés par l’ETB à l’issue de l’activité, ont tour à tour développé les thématiques telles que des espèces congolaises en menaces d’extinction, l’importance de la biodiversité , les parcs nationaux, les cours d’eaux et forêts et l’agriculture sur brûlis.

La dernière station a été un jeu participatif fondé sur les attitudes, comportements nouveaux à adopter en vue de protéger la planète Congo. Elle a été tissée en trame qui a fait découvrir comment, par ses activités, l’homme détruit l’écosystème. Un bloc compact des ressources du Congo représentées chacune par un bout de planche d’une couleur adaptée à la nature de l’activité, était constitué. L’exercice consistait à enlever une planche sans briser le bloc. Ce qui était impossible à réaliser. Les élèves voulaient montrer la destruction de la biodiversité par chacune des activités d’exploitation sans limites d’une ressource du Congo. Mais l’espoir n’est pas mort pour autant. C’est ce que révélait la prochaine étape du même exercice qui a porté sur la reconstitution du bloc chaque fois qu’un participant tiré au hasard donnait l’information correcte sur une activité salvatrice pour la renaissance de la biodiversité du Congo.

L’épilogue du parcours a été une séance PowerPoint pour parents et accompagnateurs sur le jeu de mots relatifs à l’environnement. L’évocation d’un mot peut être le déclic de plusieurs qui vont s’avérer ses synonymes ou antonymes. C’était une façon à la fois ludique et instructive de conclure la sensibilisation du jour. La séance a été animée par les techniciens de l’ETB qui ont eu à former les élèves-ambassadeurs dans des sessions de répétition durant deux weekends.

L’EPST en est fier

 Le Ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique est honoré par une telle activité qui est la concrétisation de son option de l’éducation à l’environnement prévue dans le programme scolaire dès la maternelle. La fierté est d’autant plus importante que les élèves qui sont mis à contribution dans les activités de l’ETB sont non seulement éduqués sur l’environnement dans le prolongement du programme scolaire sur l’environnement mais aussi sont rendus acteurs par le rôle de guides ou ambassadeurs que certains ont rempli avec honneur à l’activité du 11 mai 2024.

Les 7 écoles qui ont délégué leurs élèves sont le Complexe Scolaire (CS) Bilombe, CS La Colombe, CS Les Petits Lutins, Lycée Liziba, Institut Mama Muilu, CS Minzoto/Mont Ngafula et Lycée Molende, soit deux écoles secondaires et cinq écoles primaires. Les élèves étaient accompagnés de leurs enseignants qui ont fait office d’encadreurs culturels.

A vos agendas

 L’expérience se poursuivra avec des élèves d’autres écoles le 1er juin 2024 où l’Espace Texaf Bilembo procédera à la restitution du parcours du Projet SOS Planète, dans sa phase appuyée par la Banque TMB.

Notons que l’Espace Texaf Bilembo a été créé en 2013 par Madame Chantal Tombu et Alain Huart. Ce centre de rayonnement de la culture congolaise est installé dans des locaux désaffectés de l’usine Texaf, dans la commune de la Gombe. C’est un véritable modèle de promotion du tourisme culturel et patrimonial en redonnant vie à un espace qui a contribué à l’essor du Congo. L’Espace Texaf Bilembo dispose d’une librairie, d’une bibliothèque, des salles d’exposition et d’un jardin magnifique. Il est aussi engagé dans la rédaction des manuels d’éducation environnementale.

Fleury DALA DIANA

  Articles Récents