La formation en comptabilité numérique en RD Congo : un exemple pour de nombreuses nations

Depuis 2018, le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) en République Démocratique du Congo (RDC) expérimente le Plan National de Formation des Enseignants en Comptabilité Numérique (en sigle PNFEC) qui s’appuie sur l’utilisation des ordinateurs dans sa mise en œuvre et est actuellement en phase d’être généralisé dans toutes les écoles publiques et privées agréées de ce pays.

En effet, l’utilisation des technologies numériques dans la formation est devenue aujourd’hui une priorité dans le monde avec un accent souvent mis sur l’acquisition de l’outil informatique nécessitant une disponibilité permanente des ordinateurs et des tablettes ainsi que l’aménagement des salles informatiques pour leur commode utilisation. Cette approche se conforme au modus operandi de la coopération internationale qui assure souvent le développement des infrastructures dans ce domaine.

Etant confronté à des budgets limités face à des besoins nationaux nombreux et diversifiés quasi prioritaires tous, le Ministère de l’EPST a décidé de poursuivre le programme de numérisation des écoles à travers notamment des sessions de formations pour le renforcement des capacités des enseignants en comptabilité numérique. Malgré le peu d’investissements engagés, des résultats très importants ont été obtenus, confirmant ainsi l’acquisition des compétences nécessaires par les formateurs nationaux du Ministère de l’EPST après le renforcement de leurs capacités en la matière, à travers un système de formation de qualité en général et une formation plus conforme au monde de travail en particulier.

C’est dans cette optique qu’au mois d’avril 2023, il a été finalisé le processus de formation des formateurs en comptabilité numérique dans les 60 Provinces Éducationnelles de la RD Congo. Cette étape met en exergue l’atteinte d’un objectif – clé du Partenaire technologique ; Assistance Technique de la société Banana.ch SA qui accompagne le Ministère de l’EPST dans la mise en œuvre du Projet de comptabilité numérique en RD Congo, lequel se proposait de remplacer l’ancienne approche de comptabilité manuelle dépassée. Eu égard à ce qui précède, il est retracé brièvement dans la suite les étapes essentielles de mise en œuvre de ce projet dans le cadre du partenariat technologique pré-évoqué.

Brève présentation de la méthode innovante de la RD Congo

Généralement, l’on a tendance à ne se focaliser que sur l’équipement des écoles et des élèves en matériels nécessaires lorsqu’on aborde la question de numérisation en matière de formation. Cet accent mis sur le matériel favorise la négligence de l’aspect central de l’utilisation convenable et réussie des systèmes numériques dans l’éducation ainsi que la capacité du personnel enseignant à s’approprier la nouvelle technologie.

C’est au regard de cette malheureuse expérience que le Ministère de l’EPST, se proposant d’attraper le taureau par les cornes, s’est engagé sur la formation des enseignants dont le processus s’est déroulé à travers les étapes suivantes :

L’organisation d’une formation spécifique des enseignants de comptabilité de plus de 10 jours sur la mise à jour du système OHADA et l’apprentissage de l’installation et de l’utilisation des logiciels comptables ;

La mise en place d’un système de formation en cascade d’abord des Inspecteurs du niveau central, ensuite des formateurs provinciaux et enfin des enseignants ;

L’adaptation de la réglementation permettant aux enseignants formés des écoles disposant des salles informatiques de conduire, avec l’aide du nouveau logiciel comptable, les exercices, les tests et les examens au profit des élèves.

Les avantages d’une telle approche sont multiples :

Les enseignants sont en mesure d’utiliser au mieux les outils informatiques qu’ils disposent et le seront de même devant des nouvelles acquisitions ;

Il est finalement possible que, dans toutes les écoles, les élèves reçoivent une formation en comptabilité plus adaptée au monde de travail ;

Les différents agents et partenaires éducatifs (Direction de l’école, enseignants, élèves, parents et employeurs) peuvent désormais palper du doigt les avantages de cette nouvelle approche qui améliore et accélère la qualité de la formation des produits finis ;

Par itérations successives, la formation est améliorée et les écoles sont encouragées à se doter d’outils informatiques.

Formation comptable avec le système OHADA

La RD Congo est devenue membre de l’OHADA en 2013. Son adhésion à cette organisation régionale a conduit son Ministère de l’EPST à revoir la formation des techniciens comptables congolais en utilisant le système comptable SYCOHADA.

Conformément à la nouvelle vision d’adapter l’enseignement au monde numérique et de professionnaliser l’enseignement de comptabilité afin de l’accommoder au monde de travail moderne, le Ministère de l’EPST a décidé de combiner l’enseignement de la comptabilité avec l’utilisation des logiciels comptables mis en place par OHADA.

Logiciel adapté à l’enseignement de la comptabilité en partie double

Tous les programmes comptables modernes font appel à la méthode en partie double et sont structurés de la même manière, tout en offrant généralement les mêmes fonctionnalités comptables assorties de rapports de bilan, compte de résultats, journal et fiches de compte ou grand livre. Le logiciel « Banana Comptabilité » utilise comme entrée de données un tableau similaire à Excel et défini selon la méthode à double entrée avec des colonnes compte donner et compte avoir.

La plupart de logiciels de comptabilité, notamment ceux utilisés par les moyennes et grandes entreprises pour la saisie des données, ont des formulaires de paiement des dépenses, d’émission des factures, … avec des programmes automatiques capables de générer des mouvements comptables. Ceux-ci ne sont pas facilement accessibles et modifiables. La logique de la comptabilité en partie double étant cachée, les personnes sans aucune connaissance de la comptabilité peuvent avec ce logiciel être à mesure de réaliser certaines tâches comptables.

Pendant la formation en comptabilité numérique, il est nécessaire de s’entraîner dans la saisie des mouvements au regard de la méthode à double entrée. Par conséquent, l’utilisation d’un logiciel qui cache la logique occasionne la perte importante de temps de formation, rendant quasi impossible l’aboutissement du processus aux résultats.

Dans ce contexte, le logiciel « Banana Comptabilité » explique complètement la double entrée et est donc approprié pour l’enseignement. Il est également facile à installer et à utiliser et permet à chaque utilisateur (élève) de travailler son propre exercice. Il est largement utilisé pendant la formation dans tous les pays, car une fois que l’on apprend la technique de double entrée et la structuration d’un programme de comptabilité, l’on peut facilement utiliser d’autres logiciels.

Avant l’adoption de Banana Comptabilité, les fonctionnaires du Ministère de l’EPST ont eu à évaluer différentes solutions et vérifier, avec ce logiciel, qu’il était possible de gérer le système OHADA, voire de l’installer dans des ordinateurs peu puissants. De plus, le Partenaire technologique, promoteur dudit logiciel dispose des licences entièrement gratuites au profit des écoles.

Pour le Ministère de l’EPST, le choix du logiciel Banana Comptabilité était motivé pour les raisons évidentes, à savoir :

Banana Compatibilité est compatible avec le système OHADA prévu dans le programme scolaire de la RD Congo ;

La disponibilité du Partenaire technologique ayant accepté d’accompagner techniquement le Ministère de l’EPST dans le domaine de gestion numérique dispose de ce logiciel ;

Ce type de formation numérique contribue efficacement à la professionnalisation de l’enseignement – apprentissage de Comptabilité, très approprié pour la pratique scolaire et gage d’une intégration sociale réussie après les études ;

L’utilisation de ce logiciel s’adapte à l’évolution technologique dans le contexte de la mondialisation et répond à l’ambition de la mise à niveau de la pratique éducative au regard des ODD.

RD Congo, une immense nation aux ressources limitées

Le Ministère de l’EPST organise la formation des techniciens comptables (âgés de 15 à 18 ans) sur l’ensemble du territoire national. Il est responsable de la préparation des programmes d’études et de la supervision du bon fonctionnement des établissements d’enseignement offrant ces programmes.

La RD Congo compte plus de 100 millions d’habitants et un revenu par habitant d’environ 600 dollars par an. Comme d’autres nations d’Afrique Sub-Saharienne, elle a une population très jeune contrastant avec ses ressources financières très limitées.

Au début de la mise en œuvre de ce projet, la plupart d’écoles de la RD Congo ne disposaient pas d’ordinateurs pour leurs élèves. Afin de pallier à cette carence, le Ministère de l’EPST a dû mettre en place un plan de dotation des écoles en salles informatiques. Un investissement de plus de 200 millions de dollars des États-Unis a été prévu pour équiper les écoles d’ordinateurs. Comme de nombreuses écoles ne disposaient pas de systèmes électriques adéquats, des moyens supplémentaires auraient été nécessaires en vue de l’efficacité de sa mise en œuvre.

La priorité du Gouvernement et donc du Ministère de l’EPST était d’offrir une éducation de base gratuite à tous les élèves sur l’ensemble du territoire national. A elle seule, ladite priorité était un défi gigantesque d’un point de vue économique pour ce pays à faible revenu. Dans ce contexte, la recherche des fonds d’équipement des écoles en outils informatiques s’est poursuivie auprès des partenaires disponibles mais sans grands résultats.

Grandes compétences et volonté locale

Le projet a été voulu, pensé et réalisé par des fonctionnaires du Ministère de l’EPST. Il était mis en œuvre part une organisation existante, bien structurée et bien testée dans la formation des enseignants en cascade et composée des Inspecteurs des niveaux national et provincial préparés comme formateurs. Il est question ici de l’Inspection Générale de l’Enseignement (IGE) qui travaille dans cette matière en étroite collaboration avec la Direction des Programmes Scolaires et Matériel Didactique (DIPROMAD).

Au Ministère de l’EPST et donc en RD Congo, l’objectif d’adapter le système éducatif à la réalité numérique a été perçu à tous les niveaux de l’enseignement de ce pays comme une opportunité à ne pas rater. Toutefois, l’élément du succès réside clairement dans la détermination, les compétences et le professionnalisme des fonctionnaires du Ministère de l’EPST.

Dans sa mission d’assurer l’accompagnement technique du Ministère de l’EPST, le Partenaire technologique suisse « Banana.ch SA » s’est limité à fournir le logiciel, à animer une formation et offrir une assistance technique gratuite. Face aux problèmes relevés, il a proposé des pistes de solutions en vue de leur résolution. Toutefois, l’évaluation et les décisions ou options sur la façon de procéder relevaient de la responsabilité de la partie congolaise dont les acteurs connaissaient mieux que quiconque le contexte du pays.

Dans le cadre du partenariat technique, l’assistance a toujours cherché à mieux comprendre les problèmes au regard des explications de la partie congolaise, en particulier face aux problèmes assez difficiles mettant à l’avant – plan une étroite collaboration entre les deux parties. Étant donné qu’il n’était pas toujours facile de comprendre les problèmes présentés, l’assistance s’était résolue de présenter la technologie moderne et son évolution en vue de réduire le fossé d’incompréhension des problèmes posés, de la situation et du contexte présentés.

En vue de trouver des solutions aux problèmes présentés, les fonctionnaires du Ministère de l’EPST ont d’abord essayé des méthodologies statiques, typiques de la bureaucratie. Ils ont été ensuite formés  à l’utilisation de la méthodologie agile afin de faire face à la complexité et la rareté des ressources. Très rapidement, ils avaient réalisé les avantages de la nouvelle approche et avaient commencé à fonctionner comme une startup, en s’attaquant et en résolvant un problème à la fois. Devant des choix complexes et difficiles à opérer, l’assistance leur a accompagné dans l’expérimentation et l’utilisation des résultats obtenus pour évaluer et améliorer les solutions en vue. Bien que les lacunes aient été importantes, cette nouvelle méthodologie a permis d’exploiter pleinement les ressources existantes et d’aller dans la direction en phase avec l’évolution technologique, plus durable avec un rapport coût/bénéfice très élevé.

Formation des enseignants

Bien que toutes les écoles ne soient pas équipées des salles de classe informatisées, certaines d’entre elles disposaient déjà de l’outil informatique et on s’attendait à ce que leur nombre augmente au fil du temps. Dans la mesure où ces écoles n’avaient pas, non plus, d’enseignants formés et n’étaient pas en mesure d’utiliser le logiciel pendant la formation, il est apparu la nécessité de pouvoir les former. Avec l’accompagnement de l’Assistance Technique, un Plan de formation des enseignants a été élaboré par les Responsables de la Cellules d’études des branches commerciales de la Direction des Programmes Scolaires et Matériel Didactique du Ministère de l’EPST.

Grâce au soutien de l’Assistance Technique et du Conseil Permanent de Comptabilité au Congo (CPCC), les responsables ont élaboré des plans comptables reposant sur le système OHADA. Les développeurs de l’Assistance Technique ont ensuite préparé, en étroite collaboration avec les spécialistes du Ministère de l’EPST, des extensions pour l’impression du bilan, du compte de résultats et du tableau des flux de trésorerie. Cela a conduit Banana Comptabilité à offrir toutes les fonctionnalités pour se conformer au système comptable OHADA.

Après cette phase, les responsables ont développé un module de formation à animer pendant 10 à 13 jours. Avec ce module, les enseignants apprennent le système comptable OHADA, en même temps que l’installation du logiciel « Banana Comptabilité » sur les ordinateurs de l’école et à l’utilisation de ce logiciel pour la tenue de la comptabilité, l’édition des livres comptables et l’impression des états financiers OHADA.

Etant donné qu’il n’a pas été possible de former directement tous les enseignants, une stratégie en cascade a été développée. Celle – ci prévoit la formation des Inspecteurs du niveau central à déployer pour la formation des noyaux de formateurs dans les différentes Provinces éducationnelles et ceux-ci formeraient les enseignants.

Initiation et amélioration de la formation des enseignants 

En 2018, la première session de formation des Inspecteurs du niveau central a été organisée dans la capitale Kinshasa. Cependant, des problèmes se sont posés sur l’installation du logiciel à cause des ordinateurs et de la version des systèmes d’exploitation installés réputés très anciens. Il a d’abord fallu mettre à jour les ordinateurs avant l’installation de Banana Comptabilité. Cette session de formation a suscité beaucoup d’intérêt et obtenu un très haut degré de satisfaction. Pour beaucoup de participants qui n’avaient jamais vu et utilisé ce logiciel de comptabilité au travail, c’était une nouveauté et une innovation

La préparation des états financiers complets de l’OHADA était une caractéristique que seuls certains logiciels utilisés dans les grandes entreprises mettaient à leur disposition. Avec Banana Comptabilité, l’on saisit les données dans le tableau d’écritures en utilisant les numéros de compte OHADA pour prévisualiser immédiatement les livres comptables et les états financiers OHADA. Il est clair que cette nouvelle approche accélère et améliore considérablement la formation des élèves.

Les réactions des participants au contenu de la formation ont permis d’améliorer le matériel utilisé.

Formation en cascade 

Le Ministère de l’EPST supervise cette activité au niveau national, mais ce sont les Provinces Educationnelles qui sont responsables de la formation sur le terrain. La RD Congo est un pays géographiquement vaste ayant 60 Provinces Éducationnelles placées sous la gestion de son Secrétariat Général. Ce sont elles qui doivent supporter les coûts de formation des formateurs provinciaux. Cependant, toutes les Provinces Educationnelles ne disposent pas des moyens suffisants, le Ministère de l’EPST non plus afin de conduire avec sérénité ce processus de formation.

Du point de vue politique, il aurait été évidemment idéal de pouvoir organiser des formations dans toutes les Provinces Educationnelles afin de donner à tous les mêmes chances. L’alternative était de commencer, par vague, la formation dans certaines provinces et de l’élargir dans d’autres au fur et à mesure de la disponibilisation des moyens.

Cette approche a été également privilégiée pour évaluer la réceptivité des Provinces Educationnelles face à la nouvelle vision. C’est dans cet élan que la formation a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme dans les 5 Provinces Educationnelles de la capitale Kinshasa et à Lubumbashi dans la Province Educationnelle du Haut-Katanga. Ce sentiment a été partagé à la fois par les formateurs et les responsables des Provinces Educationnelles.

Achèvement de la formation des formateurs

En raison de la pandémie et de l’insuffisance d’allocations à la fin de l’année 2022, la formation des formateurs provinciaux s’était limitée à seulement 9 Provinces Éducationnelles sur les 60 qui existent ce, dans le cadre d’une première vague de formation. Dans ces 9 Provinces Éducationnelles, les formateurs provinciaux avaient déjà organisé des formations des enseignants à la suite desquelles plusieurs écoles disposant des salles informatiques équipées, ont eu déjà à introduire le nouveau concept numérique dans leurs pratiques de classe.

Le degré élevé de satisfaction des écoles et les résultats de la recherche ont prouvé que la méthode développée et l’approche de formation en cascade utilisée étaient efficaces. Les Provinces Educationnelles sont déjà en phase avec cette approche novatrice promue par le Ministère de l’EPST, et avec leurs feedbacks positifs, il est encore plus évident que la modeste et nécessaire contribution qui permettra d’assurer l’organisation d’autres sessions de formation sur le logiciel Banana comptabilité porterait rapidement des fruits.

Ainsi, pendant les vacances scolaires de pâque (début avril 2023), le Ministère de l’EPST a renoué avec la formation de formateurs provinciaux dans une deuxième vague pour les Provinces Educationnelles qui n’étaient pas encore touchées afin de couvrir l’ensemble de Provinces Éducationnelles, 60 au total, reparties sur le territoire national.

Dans l’entretemps, le module de formation a également été enrichi. Les formateurs nationaux ont bénéficié d’une séance de recyclage au mois de février avec le nouveau matériel et l’utilisation de la nouvelle version de Banana Accounting.

Le module destiné aux formateurs a donc suscité un vif intérêt et eu un très haut degré de satisfaction, comme en témoigne l’évaluation à la fin de la formation. (Voir aussi la vidéo en annexe).

En peu de temps, les formateurs provinciaux s’étaient lancés dans la formation des enseignants. Cette tendance devrait se poursuivre afin de consolider le processus de généralisation du projet numérique en matière comptable en RD Congo, très capital dans la professionnalisation de l’enseignement de comptabilité dans ce pays, la reformation des pratiques des classes et l’adaptation de l’enseignement – apprentissage de comptabilité et du domaine de gestion financière au monde de travail.

Adaptation de la réglementation

L’adaptation de la règlementation a été entamée c’est – à – dire réalisée lors de la première vague de formations. Peu de temps après leur renforcement des capacités, les formateurs provinciaux ont eu à animer des formations à l’intention des enseignants des écoles commerciales. Immédiatement après ces séances de formation passées dans les écoles équipées de salles informatiques, des enseignants enthousiastes ont installé le logiciel « Banana Comptabilité » et entamé son utilisation dans les salles des classes (lors des apprentissages des élèves).

Toutefois, le Règlement prévoyait toujours que la formation, les exercices et les examens soient réalisés manuellement. Cette situation est similaire à celle de Suisse où de nombreuses écoles disposaient déjà de salles informatiques et certains enseignants utilisaient déjà Banana Comptabilité comme outil de la pratique de classe mais le Règlement disposait que les examens soient abordés manuellement. Pour pallier à cette situation, les enseignants ont donc été contraints, au cours du dernier semestre de formation, d’enseigner aux élèves comment procéder à des enregistrements manuels lors des examens. Il y a lieu de rappeler que cette situation était très frustrante et occasionnait la perte de temps au détriment des enseignants et des élèves.

Ce qui a poussé le Ministère à adapter la réglementation en donnant aux écoles équipées d’ordinateurs les prérogatives d’assurer des formations et de réaliser des exercices et des examens, à l’aide des logiciels. De ce qui précède, la RD Congo a été l’une des premières nations au monde à introduire sur tout le territoire national la possibilité d’effectuer des tests comptables et des examens avec des logiciels.

C’était une étape importante franchie, laquelle a permis aux enseignants expérimentés d’acquérir des nouvelles compétences, d’apprendre une nouvelle approche d’enseignement et de tenter une nouvelle expérience. La satisfaction aussi bien des élèves que des parents était au comble, même si la critique majeure était le manque ou l’insuffisance d’ordinateurs pour les élèves.

Signalons qu’en 2019 ce processus de formation était suspendu avec l’apparition de la Covid 19 assortie des mesures de restrictions sanitaires.

Visites de Kinshasa et du Kongo Central

Après la première vague de formations en présentiel, une collaboration à distance a été établie entre l’Assistance technique et les fonctionnaires du Ministère de l’EPST à la suite des restrictions dues à la pandémie de la Covid 19. C’est pour cette raison que la visite de Kinshasa n’a été de nouveau possible qu’en juin 2022. L’occasion était appropriée pour l’Assistance Technique d’échanger avec les Responsables du Ministère de l’EPST qui étaient en charge du projet, de faire le point sur la situation et d’envisager la possibilité d’aller de l’avant.

Par la même occasion, l’Assistance Technique a pensé qu’il serait également très intéressant de visiter les écoles qui utilisaient le logiciel « Banana Comptabilité » lors du processus d’enseignement – apprentissage et d’échanger autour de son utilisation avec les Inspecteurs des Provinces Educationnelles, les enseignants et les élèves – apprenants. De cet échange, recueillir leurs avis, enregistrer les problèmes rencontrés dans l’utilisation du logiciel et les suggestions proposées comme solutions visant à améliorer la mise en œuvre à la fois de la formation et du programme scolaire.

Il a été très utile de rencontrer des Représentants du Ministère de l’EPST, des Inspecteurs Provinciaux et d’évaluer l’application du logiciel lors des visites d’écoles. Les premiers jours des visites d’écoles avaient suscité une certaine peur de la part de leurs acteurs croyant qu’ils faisaient l’objet de contrôle pédagogique principalement par les Inspecteurs. Cette attitude a inspiré une approche assez souple permettant d’obtenir les résultats escomptés des visites, celle « d’étude de marché », prétextant que les résultats de la visite allaient permettre à l’éditeur du logiciel de s’approprier les problèmes rencontrés lors de son utilisation sur le terrain et les suggestions d’amélioration. Au lieu de poser des questions, l’Assistance technique avait laissé libre cours aux acteurs des Provinces Educationnelles (élèves, …) de poser des questions et présenter leurs préoccupations en rapport avec les difficultés rencontrées. Cette démarche a immédiatement suscité beaucoup d’enthousiasme et permis de recueillir beaucoup d’informations et de conseils utiles.

L’une des préoccupations souvent sur les lèvres concernait le pourquoi du choix de Banana Comptabilité et s’il n’y avait pas d’alternative d’un autre logiciel qui serait utilisé dans les entreprises. Ces préoccupations ont montré à quel point le souci des élèves de recevoir une formation en adéquation avec le monde du travail était fort. Des éclaircissements leur ont été apportés face à ces préoccupations. D’abord, des explications sur les raisons de choix de Banana Comptabilité, logiciel adapté à l’enseignement de comptabilité, ensuite sur l’existence d’autres logiciels de comptabilité. Toutefois, tous ces logiciels s’appuient sur la comptabilité en partie double et sont donc structurés de manière très similaire. Une fois qu’on apprend la méthode et le fonctionnement d’un programme de comptabilité, il sera facile d’en faire de même pour un autre. Cela ressemble à quelqu’un qui s’adonne à l’apprentissage de la conduire d’une marque spécifique de véhicule, quel apprentissage lui facilite la tâche dans la conduite de toutes les autres marques.

Le constat général est que, lors de ces visites, la satisfaction était très élevée au sujet du logiciel et les plaintes des enseignants et des élèves étaient plus liées au manque d’ordinateurs que sur le logiciel lui – même. Evidemment, dans presque toutes les écoles, il n’y avait pas assez d’ordinateurs pour tout le monde et il n’y avait que rarement d’ordinateurs qui ne fonctionnaient pas, de sorte que plusieurs élèves devaient effectuer leurs exercices en équipe à l’aide d’un même ordinateur. Etant donné qu’une seule salle informatique devait desservir plusieurs classes d’une école, il n’y avait pas toujours pour certains élèves la possibilité de s’exercer avec l’ordinateur.

Une autre plainte récurrente revenait constamment sur les pannes du courant électrique qui réduisaient drastiquement le temps de la pratique et obligeait le redémarrage répétitif de l’ordinateur.

Validation du projet

En novembre 2022, une recherche a été publiée dans une revue scientifique de la ville de Lubumbashi, chef – lieu de la Province Educationnelle du Haut – Katanga 1 et portait sur le thème : «Intégration du Logiciel Banana Comptabilité en Section Commerciale et Gestion dans les Ecoles de la Sous-Division de Lubumbashi 1 ». Les résultats de cette étude ont été plus qu’encourageants, notamment :

Sur 131 écoles examinées, seulement 39 disposaient d’outils informatiques ;

Sur 39 enseignants dont les écoles disposaient d’outils informatiques, 36 avaient suivi la formation organisée par le Ministère de l’EPST ;

74,4 % d’enseignants avaient déjà intégré l’utilisation de logiciels dans l’enseignement ;

La satisfaction a été positive pour 36 enseignants ;

37 enseignants ont indiqué que les élèves avaient réagi positivement à l’utilisation du logiciel ;

Les plaintes étaient liées au manque d’outils informatiques ;

Le logiciel est capable d’exécuter toutes les fonctions requises et a également permis de gagner du temps et de mieux vérifier les opérations effectuées.

Ces résultats démontrent l’efficacité de la formation développée par les fonctionnaires du Ministère de l’EPST et de l’approche en cascade utilisée. La plupart d’écoles disposant des salles de classe adaptées au numérique avaient formé leurs enseignants, les rendant ainsi capables d’initier l’utilisation du système OHADA pour installer et apprendre aux élèves à utiliser le logiciel « Banana Comptabilité ».

Développement d’une dynamique intéressante dans les écoles

La recherche, de manière plus structurée et approfondie, a confirmé les constats faits lors des visites d’écoles par l’Assistance Technique. Il a été observé une dynamique positive et intéressante dans les écoles, impulsée par la formation des enseignants et la fourniture du logiciel. Celle – ci est marquée par les faits suivants :

Des ordinateurs non en service ou peu utilisés avant la formation ont été après formation mis à jour avec de nouveaux systèmes d’exploitation et utilisés quotidiennement ;

Ils ne servent pas seulement à l’enseignement de comptabilité mais aussi à d’autres tâches ;

Les enseignants étaient très contents d’avoir eu l’opportunité d’être formés sur le système OHADA et d’utiliser un logiciel de comptabilité ;

Avec l’utilisation d’ordinateurs et de logiciel de comptabilité, les élèves envisageraient plus de perspectives d’apprentissage ;

Les enseignants et les Chefs d’Etablissement ont été surmotivés à mobiliser les moyens de bord pour essayer de renforcer et perpétuer l’initiative à travers (i) l’acquisition des ordinateurs et (ii) la pratique et l’utilisation d’un logiciel de comptabilité.

Dans certains cas, le logiciel était utilisé dans la gestion de la comptabilité des écoles ou simplement dans l’enregistrement des frais scolaires payés mensuellement par les ménages. Cela a permis d’améliorer la gestion financière de ces établissements scolaires, de mieux rendre compte aux familles, de s’approprier les avantages des nouvelles technologies et de motiver davantage les écoles ainsi que de faciliter le renforcement des capacités de leurs enseignants à travers des formation en cours d’emploi.

En Suisse, de nombreux professeurs de comptabilité aident également les petites et moyennes entreprises locales dans les domaines de la comptabilité et de la gestion des entreprises. En RD Congo, les enseignants formés dans cette nouvelle vision ont également emboîté le pas aux enseignants suisses. Ils commencent à être réquisitionnés pour conseiller les entreprises locales notamment dans le domaine de comptabilité. Ces entreprises locales peuvent, désormais, compter avec un personnel qualifié susceptible de les accompagner et aider à progresser dans leur gestion financière. Avec l’expertise et l’expérience acquisses, ils sont par ailleurs à même d’évaluer les besoins en formation de celles – ci et de renforcer les capacités de leur personnel en matière de comptabilité numérique afin de répondre à leurs besoins.

Comparaison des approches de mise en œuvre du projet entre la RDC et la Suisse 

La Suisse, où est basée l’Assistance Technique, est notoirement l’un des pays à la pointe de l’enseignement. L’entreprise soutient la formation et fournit gratuitement des logiciels de comptabilité aux écoles depuis plusieurs années. Dans beaucoup d’écoles suisses, Banana Comptabilité est installé et utilisé pendant la formation. Avec un revenu annuel par habitant de 80 000 dollars américains, la Suisse est en tête de classement des pays les plus riches du monde. La plupart d’écoles commerciales ont des salles de classe informatisées avec des ordinateurs depuis des années.

L’utilisation de logiciels pendant la formation a toutefois été laissée à l’initiative des enseignants. Cependant, le Règlement de l’examen exigeait la méthode manuelle, de sorte que les classes qui utilisaient le logiciel au cours du dernier semestre devaient également enseigner la méthode manuelle. Ce n’est qu’à partir de l’année scolaire 2023 – 2024 que la formation des apprentis comptables et de certaines écoles de métiers introduira l’obligation d’utiliser un logiciel de comptabilité lors des pratiques. De toute façon, il n’existe pas en Suisse un processus de formation coordonné ; il appartient à chaque école et aux enseignants d’informer, de mettre à jour et d’adapter le matériel de formation au contexte éducatif. Cette situation est similaire dans d’autres pays européens.

Par comparaison à l’initiative d’une nation pionnière, la méthode développée par la RD Congo est clairement très innovante, car elle renforce les compétences du personnel enseignant à travers un processus structuré, coordonné, très efficace et peu coûteux.

Utilisation des smartphones comme alternative d’enseignement

Même en Suisse, où toutes les écoles de commerce ont des salles informatiques, l’on constate la participation de beaucoup de classes et la fréquentation de plusieurs élèves (étudiants). La salle informatique est utilisée pour différentes pratiques dont celle se rapportant à la matière comptable. Ce que les élèves utilisent l’ordinateur même en dehors des heures de cours de comptabilité, notamment pour réaliser leurs devoirs.

Avec l’introduction de la formation obligatoire en informatique, l’usage de l’ordinateur par les élèves deviendra important pour ne pas dire excessif. Les élèves peuvent ensuite installer le logiciel directement sur leurs ordinateurs et l’utiliser pour effectuer des exercices, à la fois en classe et à domicile. L’approche BYOD (Bring you own device) est évidemment la meilleure solution pour les élèves et les écoles. Elle encourage chaque élève à apporter son propre matériel informatique lui permettant de réaliser des exercices de comptabilité numérique ainsi que ceux d’autres branches de Gestion, en l’occurrence la Correspondance Administrative, la Documentation Commerciale et la Mathématique Financière.

De toute évidence, la principale préoccupation de tous les bénéficiaires en RD Congo est de savoir comment s’assurer que les élèves peuvent avoir des ordinateurs pour leurs pratiques. Il est clair que les élèves (ménages) ne disposent pas assez de moyens d’acquisition d’ordinateurs. Cette situation donne une matière à réflexion aux fonctionnaires du Ministère de l’EPST quant aux perspectives d’avenir de leur formation en matière de comptabilité numérique. Il est très utile pour les écoles de s’équiper des salles informatiques, objectif très difficile à atteindre au regard des moyens dont dispose le pays dans le contexte économique actuel.

Eu égard à ce qui précède, les smartphones deviennent une alternative d’autant plus que leurs prix diminuent. Lors des visites d’écoles, il y avait peu d’élèves qui en possédaient, mais il est probable que le nombre d’élèves utilisateurs des smartphones augmente de façon rapide et progressive. Banana Comptabilité fonctionne déjà sur les téléphones mobiles même si son utilisation est conditionnée par le petit écran des téléphones. il suffit, dans ce cas, d’y réaliser des exercices scolaires surtout que les téléphones ne sont pas sujets à des coupures d’électricité. Le Ministère de l’EPST suit cette évolution avec intérêt et a l’intention de s’y préparer. Dans cette perspective, la formation des enseignants est donc une étape cruciale pour un enseignement approprié lorsque les élèves disposeront des appareils avec lesquels s’entraîner, le Ministère de l’EPST sera prêt et disposé à leur assurer la formation.

En guise de conclusion, après la première vague de formations sur le logiciel Banana Comptabilité dans 9 Provinces Educationnelles et son introduction dans l’enseignement – apprentissage de leurs écoles ainsi que la deuxième vague de formations des formateurs provinciaux dans le reste des Provinces Educationnelles de la RD Congo qui n’étaient pas encore touchées, le projet prévoit à la prochaine étape la poursuite de ce processus au niveau des écoles des Provinces Educationnelles de la deuxième vague de formations en vue du renforcement des capacités de leurs enseignants et l’apprentissage de leurs élèves en comptabilité numérique.

Pour ce faire, il sera nécessaire qu’une mission de suivi – évaluation soit réalisée par les fonctionnaires du Ministère de l’EPST du niveau central. L’objectif de cette mission sera entre autres d’évaluer le processus de formation mené par les formateurs provinciaux auprès des enseignants des écoles et ainsi apprécier le niveau d’appropriation à la fois chez les élèves, enseignants et autorités scolaires dans le souci de garantir la généralisation de cette réforme dans l’enseignement en RD Congo.

Il sera aussi envisagé, dans le même cadre, des activités de recadrage de conception des situations d’intégration pratique sur l’utilisation des TIC, particulièrement du logiciel « Banana Comptabilité par les enseignants, lesquelles nécessite un accompagnement du niveau national pour le renforcement de leurs capacités et l’acquisition des nouvelles compétences docimologiques.

L’autre souci du Ministère est de ne pas s’arrêter uniquement au niveau des écoles fonctionnant sur le territoire national au moment où les consulats de la RD Congo (à Luanda, Cabinda en Angola et à Kigali au Rwanda) en organisent d’autres hors des frontières nationales. Les enfants fréquentant ces écoles devraient également être couverts par ce programme innovant.

Didier KINANO, Chef de Cellule des branches Commerciale

  Articles Récents

J.I de la langue maternelle : Un plaidoyer mené pour intégrer les dimensions de l’enseignement basé sur les langues locales dans le PDL-145T

J.I de la langue maternelle : Un plaidoyer mené pour intégrer les dimensions de l’enseignement basé sur les langues locales dans le PDL-145T

La journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque 21 février de l'année. A l'occasion de cette journée, un symposium a été organisé par l'ASBL «Yes African», dirigée par Mireille Kasongo pour mener un plaidoyer d'intégration des dimensions de l'enseignement basé sur les langues...

lire plus